les dents de la mer

Hollywood, les requins et nous.

J’ai récemment découvert – non sans étonnement – la sortie d’une nouvelle production cinématographique de la plus grande usine de divertissement au monde qu’est Hollywood mettant une fois de plus en scène l’affrontement entre l’humain et le Requin. Pas n’importe lequel, puisque celui-ci n’est autre que le mégalodon, espèce – fort heureusement pour elle – disparue depuis déjà plusieurs millions d’années. En eaux troubles semble s’inspirer des films du genre qui l’ont précédé : des muscles, des musiques flippantes, du suspense avec en prime un florilège d’armes et explosions de toutes sortes (faut que ça en jette).
Bref, je pensais ce filon déjà bien exploité, mais il faut croire que ça marche encore. Et c’est bien là mon étonnement. Au delà de la qualité intrinsèque du film, je me demande ce que les personnes qui iront voir ce film recherchent. Peur ? Divertissement ? Simple curiosité ? Le fait est que le schéma du requin tueur, à qui l’on prête des désirs sanguinaires et des envies de vengeance semble toujours fonctionner.

Retraçons rapidement l’historique des productions hollywoodiennes faisant de cet animal féroce-assoiffé de sang (humain bien entendu)-aux dents acérées l’attraction principale du film.

Les premiers succès du genre, ceux que probablement tout le monde connait : la série des dents de la mer, en 4 opus, dont le premier – et plus célèbre – a été réalisé par Steven Spielberg en 1975. Les suivants sortiront en 1978, 1983 et 1987.
Depuis la sortie des Dents de la mer 4, wikipédia recense pas moins de 47 productions impliquant un « requin tueur » selon les termes utilisés. La totalité produite par Hollywood. Shark attack, Deep Blue Sea, Sharknado, Shark 3D… Quelques films à « succès », beaucoup de nanars.
Comme je l’évoquais précédemment, on pourrait penser que le sujet a été épuisé depuis longtemps. Pourtant il n’en est rien : 29 des 47 productions évoquées sont sorties en 2010 et après. Parmi ceux-ci, on retiendra principalement The reef, The shallows et 47 meters down qui se veulent « sérieux » ou en tout cas plus sérieux que la panoplie de films plus improbables les uns que les autres (Dinoshark, Les dents de la plage, L’attaque du requin à deux têtes, Mega Shark versus Mecha Shark pour ne citer qu’eux…).

Ces films ont-ils eu un impact sur la vision que l’on a des requins ? Probablement. Qui n’a pas été traumatisé par les dents de la mer étant jeune ? Combien de personnes ont gardé le souvenir des scènes dramatiques et n’osent plus mettre un doigt de pied dans l’océan ?

Jusqu’aux années 60, les attaques de requins sont vécues à travers les récits de pêcheurs, ou parfois relayés par la presse, par exemple lors d’attaques que les soldats américains auraient subis pendant la seconde guerre mondiale, après le naufrage de navires de guerre en Asie notamment. C’est Les Dents de La Mer qui pour la première fois expose largement au public américain cet animal alors inconnu.
Alors oui, à cette époque, les connaissances scientifiques concernant les requins étaient encore maigres. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. De nombreuses recherches ont été menées, de nombreux scientifiques ont exploré les fonds marins, mené des expériences, écrit des livres, réalisé des documentaires… Si bien des aspects du redouté poisson nous sont encore inconnus, il est difficile de ne plus voir dans les production hollywoodiennes qui se veulent sérieuses des caricatures grossières et dangereuses des requins.

Pour peu que l’on se penche sur la question, il est difficile de nier l’importance du requin au sein de la chaine alimentaire des océans. L’idée n’est pas de revenir sur un sujet largement traité par ailleurs, mais la disparition des requins provoquerait très probablement la mort des océans dans toute leur diversité. Une mer de plancton et de méduses quoi. Rien de très alléchant.

Il ne faut pas se leurrer, les requins sont principalement décimés par les filets de pêche, souvent d’Asie, parfois d’ailleurs. Les actes volontaires de « chasse au requin » ou la pêche sportive représentent un faible part des pertes de l’espèce.

Mais là ou l’on peut blâmer Hollywood – mais aussi la presse et autres médias – c’est dans leur incapacité (ou manque de volonté) de sortir du schéma classique qui désigne le requin comme un animal assoiffé de sang.
L’influence qu’a eu et que peut toujours avoir Hollywood sur le grand public américain ou mondial est immense, et faire perdurer une telle vision de l’animal ne peut qu’être défavorable à l’espèce.
Les dauphins ou les baleines, dont l’image véhiculée a toujours été positive, reçoivent, par le biais de financements public ou privés, une grande protection. Et le cinéma a joué un rôle important dans ce processus. Même dans un film comme Le monde de Nemo, destiné au jeune public, les requins ont le mauvais rôle.
Un des rares films qui tente de donner au requin un nouveau visage est le film d’animation Gang de requins. Il faut faire mieux.

La responsabilité des producteurs est immense dans la vision que nous avons du requin, et par conséquent du sort que nous lui réservons. Cette responsabilité doit être prise en compte. Et si les producteurs ont pour objectif d’être rentables (il est difficile d’accorder une valeur artistique à la plupart de ces films…) les spectateurs sont en mesure de ne pas les visionner. Une part de responsabilité nous incombe afin de changer l’image que le requin a auprès du grand public.

J’ai passé beaucoup de temps devant des documentaires sur les requins et j’ai eu la chance de les côtoyer sous l’eau, dans leur milieu naturel. Autant vous dire qu’Hollywood est bien loin de la réalité. Ça fait des sous, c’est divertissant (et encore) mais nous en connaissons le prix et nous ne pouvons pas l’ignorer.

Il est urgent que les médias – télévision, cinéma, presse – adoptent une position plus juste et moins sensationnelle afin de redorer l’image du requin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s