POISSONS VOLANTS, CETTE VASTE ARNAQUE

Il m’arrive souvent de me poser des questions existentielles sur le pourquoi du comment. Pourquoi les choses sont ce qu’elles sont alors que la logique en voudrait autrement ? La question du jour, et à laquelle je voudrais tenter de répondre ici même, la voici : Pourquoi les poissons volants volent-ils ?

Pour commencer cet article -hautement scientifique- sur de bonnes bases, définissons ce qu’est un poisson volant. De son vrai nom exocet (du grec Ἐξώϰοιτος : ἔξω, hors, et ϰοίτη, lit. Hors du lit ?), le poisson-qui-vit-en-bancs-nombreux-et-échappe-à-ses-prédateurs-en-sautant-hors-de-l’eau-et-en-planant-à-l’aide-de-ses-pectorales-très-longues essaie donc de ne pas finir dans l’assiette du voisin. Jusque-là, rien d’illogique, l’évolution a bien fait son job.

Mais alors ? Ce à quoi Darwin n’avait pas pensé, c’est qu’il y a aussi les prédateurs du dessus (les piafs, pour ne pas les nommer). Ces petites escapades hors de la maison ne sont donc pas sans risques pour nos amis aquatiques. En plus d’empiéter sur le territoire des grands machins à plumes qui volent (pas très malin, ça), nos exocets font de délicieux goûters pour les frégates (pas les bateaux, les oiseaux de mer ! Concentre-toi !). Ces derniers n’ont qu’à attendre tranquillement que le plateau repas se jette dans la gueule du loup (du volatile en l’occurrence, mais vous avez compris l’idée) alors qu’il essaie juste de se faire la malle pour sauver sa peau (oui, ça fait beaucoup de métaphores là, promis j’arrête). Le poisson est pris entre deux feux… Vicieux, non ?

Donc pour résumer la situation… Avec leurs ailes darwinesques, au lieu de se faire courser par un prédateur pas très sympa, ils se font courser par deux prédateurs pas très sympas…! Ça double le risque de finir en steak ! Merci du cadeau Darwin, non vraiment, fallait pas !
Alors je veux bien que ces « cadeaux de l’évolution » permettent de considérablement augmenter leur vitesse pour atteindre plus de 60 km/h, mais si c’est pour se faire croquer par le premier poisson/oiseau venu, à part pour en mettre plein la vue aux copains ou pécho de la gonzesse, je ne vois pas vraiment l’intérêt…

Poisson volant aquarelle

4 réflexions sur “POISSONS VOLANTS, CETTE VASTE ARNAQUE

  1. François Sibille dit :

    Chère Anne, à la lecture de cette page à la mémoire du malheur de ces pauvres bêtes, me revient cette scène hallucinante du film « l’Odyssée de Pi », où le tigre Richard Parker, au premier degré, et Pi, au premier comme au deuxième, sont sauvés de la famine par une escadrille de ces jolis poissons.
    Je suis aussi impressionné par la racine grecque, et, dans le Bailly (dictionnaire grec-français à l’usage des élèves des Lycées et collèges – environ 3 kilos de papier) j’ai trouvé cette charmante définition pour Ἐξώϰοιτος : « poisson de mer qui vient dormir à terre ». Y trouvera-t-il le repos, ou un troisième prédateur du genre Sapiens ?

    Aimé par 1 personne

    • Anne dit :

      Cher François,
      Ce film m’avait effectivement énormement marquée, et j’avoue m’en être inspirée pour la rédaction de « Léon ». Tu as l’oeil !
      J’ai beaucoup pensé à toi en faisant cette recherche étymologique et, n’ayant pas de dictionnaire grec-français à portée de main pour être à 100% sûre de la source, je priais pour ne pas dire de connerie ! Me voilà rassurée, avec en prime, une très jolie définition !
      Merci pour ton commentaire. En attendant de te revoir bientôt, je t’embrasse !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s